Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 16:50

Le vendredi 04 novembre 2011, La Première Dame de Côte d'Ivoire, Mme Dominique Ouattara a offert, au Groupe Scolaire Satigui Sangaré à Adjamé, des table-bancs et des effets scolaires à six écoles primaires du pays. La fondatrice de Children Of Africa a également apporté son soutien à la nouvelle politique de gratuité des manuels scolaires.

 

Children_Ecoles--14-.JPG

 

"Chère population d’Adjamé,
C’est avec beaucoup de joie que je retrouve aujourd’hui la commune d’Adjamé et plus particulièrement mes enfants du groupe scolaire Satigui SANGARE.
J’apprécie à sa juste valeur, l’accueil que vous me réservez à chacune de mes visites et sachez que je suis aussi très heureuse de vous revoir aujourd’hui.
C’est l’occasion pour moi, d’adresser mes vives félicitations au Maire de la Commune d’Adjamé, Monsieur Youssouf SYLLA, pour toutes les dispositions qu’il a bien voulu prendre afin que cette cérémonie soit une réussite.
Mesdames et Messieurs,
La rentrée scolaire est un grand moment, où les enfants renouent avec livres et cahiers et retrouvent leurs camarades.
Cependant, elle est bien souvent vécue, par les uns et les autres avec beaucoup de stress,
- Les parents, qui doivent faire face aux lourdes charges scolaires ;
- et les enseignants qui sont confrontés au manque de matériel éducatif.
Cette année, les parents auront moins de stress, car ils verront leurs charges allégées grâce à la décision du Gouvernement de distribuer des kits scolaires à tous les enfants de Côte d’Ivoire. Et dont la cérémonie officielle de lancement,
a eu lieu le vendredi 21 octobre 2011 à l’EPP Anono dans la commune de Cocody.
A cet égard, je voudrais féliciter le Président de la République, mon cher époux Alassane, ainsi que Madame Kandia CAMARA, Ministre de l’Education Nationale, pour cette disposition salutaire qui vient soulager nos parents d’élèves.
Cette formidable mesure rejoint l’idéologie et les actions de la Fondation Children Of Africa, qui, depuis de nombreuses années, distribue gratuitement des kits scolaires à travers tout le Pays.
Mesdames et Messieurs les responsables d’établissements ;
Ce signal fort que nous envoie le Gouvernement, est un appel au travail et à la rigueur, afin que chacun de nos enfants, en particulier nos petites filles bénéficient des avantages de l’instruction et soient à même de devenir les décideurs de demain.
Mesdames et Messieurs,
Avec la gratuité des charges scolaires, nous avons toutes les raisons d’espérer que l’école ivoirienne pourra, cette année, relever le défi de l’excellence.
Si nous prenons tous l’engagement d’œuvrer à notre niveau pour relever ce défi, nous y arriverons, j’en suis convaincue.
Pour ma part, j’ai décidé d’offrir des table-bancs à certaines écoles dont la situation le nécessite.
Ainsi, la Fondation Children Of Africa a apporté 1000 table-bancs pour les écoles suivantes :
- Groupe scolaire Satigui Sangaré ;
- Groupe scolaire Indénié d’Abengourou ;
- EPP Asséyakro de Dimbokro ;
- EPP Vavoua 1 et 2 ;
- EPP Djidjikro de Grand Lahou ;

- Et EPP Magic System, que j’ai eu le plaisir d’inaugurer le 24 juin 2011, qui recevra par la même occasion du mobilier de bureau et des armoires.
Chers enfants,
Cette année, j’attends de vous que vous obteniez d’excellents résultats à l’école et que vous soyez des modèles pour vos frères et sœurs.
Sachez que j’attends aussi que vous soyez des élèves exemplaires et disciplinés.
Pour encourager mes tout-petits du CP1 qui viennent d’être inscrit à l’école, j’ai décidé de leur offrir 1000 cartables de la Fondation ainsi que 1000 uniformes scolaires.
Chers enseignants,
Vos lettres m’ont émue. J’ai été en effet touchée par votre inquiétude de savoir que les enfants s’asseyaient par cinq sur des table-bancs prévues pour deux enfants.
J’espère que cette remise de table-bancs contribuera à améliorer vos conditions de travail.
J’ai également demandé que la Fondation vous offre du matériel didactique, du matériel sportif et des jeux pour les enfants de la maternelle.
Je sais que vous en ferez bon usage.
Chers parents d’élèves,
J’ai été très touchée de voir certains d’entre vous pleurer, car ils n’avaient pas les moyens d’acheter un stylo pour la rentrée des classes de leurs enfants.
Aujourd’hui, je vois le sourire sur leurs visages et j’en suis heureuse.
Continuez d’apporter beaucoup d’amour et de patience à nos enfants, car ils sont notre bien le plus cher.
Bonne rentrée scolaire,

Je vous remercie. "

Repost 0
Published by dominique-ouattara-premiere-dame-de-cote-d-ivoire
commenter cet article
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 17:00

Mme Dominique Ouattara, la Première Dame de Côte d’Ivoire a présidé, le lundi 31 octobre 2011, la 4ème rencontre de suivi de l’accord Côte d’Ivoire-Mali en matière de lutte contre la traite transfrontalière des enfants.

" Excellence Madame la Première Dame ;
Chère sœur,
Je voudrais tout d’abord vous souhaiter Akwaba chez vous à Abidjan et vous dire merci de votre présence, qui illustre bien les liens particuliers qui unissent le Mali et la Côte d’Ivoire.
J’ai été très touchée de l’accueil chaleureux qui m’a été réservé lors de ma visite de travail à Bamako début octobre, avec les Premières Dames d’Afrique de l’ouest et du centre, et je vous en remercie.
Ce séjour se situait dans le cadre de notre engagement commun pour le bien-être de la femme et de l’enfant.

Madame la Première Dame,
Votre détermination à œuvrer depuis de longues années contre la mortalité maternelle et néonatale est remarquable et je voudrais vous en féliciter.
D’autre part, connaissant votre engagement en faveur des couches les plus vulnérables de nos populations, je n’ai pas hésité à solliciter votre appui, dans la lutte contre la traite des enfants, aux frontières de nos pays respectifs.

Mesdames et messieurs,
Chers participants,
Le phénomène de la traite des enfants entre la Côte Ivoire et le Mali, à des fins d’exploitation, avait été relevé en 1998 par un rapport d’enquête de l’UNICEF, le soulignant comme étant une réalité préoccupante.
La Côte d’Ivoire et le Mali, avaient alors signé en 2000, à Bouaké, un accord de coopération en matière de lutte contre la traite transfrontalière des enfants, qui marquait la volonté de nos deux Etats à prendre le problème à bras-le-corps.


Cependant, malgré cet accord et les efforts accomplis, trop d’enfants continuent d’être victimes de cet odieux trafic, et la Côte d’Ivoire, ainsi que les autres Pays de la sous-région sont fréquemment interpellés sur l’utilisation des enfants dans la cacaoculture.
Pour ma part, étant résolument engagée pour le bien-être des enfants, à travers ma Fondation Children Of Africa, j’ai décidé de m’impliquer personnellement dans le règlement de ce problème, qui atteint nos enfants dans leurs droits les plus fondamentaux :
- Le droit de vivre avec leurs parents ;
- Le droit à l’accès aux services éducatifs et sanitaires ;
- Le droit à la protection contre l’exploitation économique et la maltraitance ;
- Le droit aux jeux et aux loisirs.


Il m’apparaît capital, de mettre tout en œuvre pour que nos enfants ne soient plus les innocentes victimes de cette traite d’un autre âge.
C’est pourquoi, lors de notre séjour aux Etats Unis, le 23 septembre 2011, j’ai accompagné mon époux, le Président Alassane Ouattara, lors de sa rencontre avec Madame Hilda Solis, Secrétaire d’Etat au travail des Etats-Unis, et le sénateur Harkin.
Nous avions convenu alors, que la Côte d’Ivoire prendrait des mesures fermes d’accompagnement, et que je m’impliquerai personnellement pour la résolution de ce problème.
A Washington, les chocolatiers que j’ai pu également rencontrer nous ont donné l’assurance de leur soutien pour ce projet.
A cet effet, Madame la Ministre de la Famille de la Femme et de l’Enfant s’est rendue au Ghana à ma demande, le 24 octobre dernier pour participer à une rencontre avec le sénateur Harkin et le Gouvernement Ghanéen pour traiter de ce même sujet.


Mesdames et messieurs les Ministres ; Messieurs les experts,
Je me réjouis que ces deux jours de travaux vous aient permis de faire un état des lieux de la traite des enfants, et une évaluation des forces et faiblesses de chacun.
Cet état des lieux permettra de mieux orienter la prise en charge de la question dans le cadre d’un plan d’action commun, pour combattre ce fléau.
Par ailleurs, je voudrais appeler à une action énergique et concertée dans ce sens, de l’ensemble des acteurs institutionnels, de la société civile, des ONG, des associations et des organisations internationales.

Excellence Madame la Première Dame ;
Mesdames et Messieurs les Ministres ;
Mesdames et Messieurs les participants,
Cette 4e rencontre de suivi de l’accord Côte d’Ivoire-Mali en matière de lutte contre la traite transfrontalière des enfants, me donne l’occasion de saluer les différents programmes, qui ont permis de retirer des enfants du travail et de leur proposer des alternatives telles que :
· Des bourses scolaires ;
· Des formations professionnelles ;
· Et des aides aux parents sous forme d’activités génératrices de revenus.

Je voudrais aussi féliciter les Ministères de la Famille de la Femme et de l’Enfant Ivoirien et Malien, pour cette franche collaboration au profit de nos enfants.
Je ne saurai oublier de féliciter Monsieur Gilbert kafana KONE, Ministre d’Etat, Ministre de l’Emploi, des Affaires Sociales et de la Solidarité, qui a également en charge le problème du travail des enfants, et dont j’apprécie l’implication à sa juste mesure.
Mes remerciements vont également à l’UNICEF pour son appui constant, au SSTE dont Monsieur Malik TOHE est le Secrétaire Exécutif, ainsi qu’à tous les experts qui travaillent à la résolution du problème.

Cette mobilisation générale, est le signe qu’un grand pas vient d’être franchi.
Certes beaucoup reste à faire, mais notre détermination commune viendra à bout des obstacles.

Souvenons-nous que l’avenir appartient aux enfants et que nos luttes les plus acharnées sont celles que nous engageons pour leur donner une vie meilleure.
C’est sur cette note que je déclare la clôture des travaux de la « 4e rencontre de suivi de l’Accord Côte d’Ivoire-Mali en matière de lutte contre la traite transfrontalière des enfants. »
Je vous remercie. "

Repost 0
Published by dominique-ouattara-premiere-dame-de-cote-d-ivoire
commenter cet article
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 15:07
Mme Dominique Ouattara a reçu en audience le Prince Abdul Kareem Sulaiman Al-Mohammad Fahim, Prince des Emirats Arabes Unis le jeudi 20 octobre 2011 à la résidence Présidentielle.

Plus connu sous le nom de Sulaiman Al-Fahim, le Prince Abdul Kareem Soulaiman Al-Mohammad Fahim est un milliardaire philanthrope. En marge du monde des affaires, le Dr Abdul Kareem fonde l’IIMSAM. Cette institution intergouvernementale autonome œuvre dans la lutte contre la malnutrition à travers le monde.

L’IIMSAM promeut l’utilisation de la spiruline pour la lutte et l’éradication de la malnutrition dans le monde entier. Cette dernière est une algue marine, à haute valeur nutritionnelle.

L’Organisation des Nations Unies a d'ailleurs reconnu la pertinence de celle-ci, dans son agenda de développement durable. Ainsi, l’IIMSAM a obtenu un statut d’observateur auprès des Nations Unies au Conseil Economique et Social et  s’efforce de faire de la spiruline, une clé-pilote pour éradiquer la malnutrition et pour atteindre la sécurité alimentaire mondiale en créant un pont entre la santé qui est priorité spéciale pour le développement des pays les moins avancés (PMA).


Au terme cet entrevue, le Prince Abdul Kareem en tant qu'hôte de Dominique Ouattara a partager sa volonté d’apporter son soutien à la Fondation Children Of Africa afin de lutter contre la malnutrition des enfants.
Cela permettrait de faire un pas décisif vers la suppression de la malnutrition infantile dans le pays. La fondation Children Of Africa et l’institution IIMSAM du Dr Abdul Kareem Sulaiman Al-Mohammad Fahim, veulent désormais s'alliee dans se sens. Ils prévoient donc créer un centre spécialisé pour les enfants souffrant de malnutrition.


Repost 0
Published by dominique-ouattara-premiere-dame-de-cote-d-ivoire
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 19:31
La Première Dame de Cote d'Ivoire Dominique Ouattara sera bel et bien aux côtés de Mme Henriette Konan Bédié, le 28 octobre prochain, au gala de l'ONG « Servir ». Elle sera d'ailleurs à l'honneur de cette 7ème édition, car elle la présidera. Dominique Ouattara également Présidente-Fondatrice de Children Of Africa pourra alors apporter son soutien à cette œuvre de bienfaisance.

D'autant plus que les fonds récoltès au therme de cette soirée serviront à la construction d'un centre international d'hémodialyse. Une œuvre humanitaire qui ne peut que séduire Mme Ouattara. Surtout que nous connaissons tous son fort engagement en faveur des personnes en difficultés depuis des décennies.

C'est donc deux grandes Dames au grand cœur qui voleront au secours des malades du rein.

 

Repost 0
Published by dominique-ouattara-premiere-dame-de-cote-d-ivoire
commenter cet article
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 17:21

La première dame de Côte d’Ivoire, Mme Dominique Ouattara, est attendue, le 5 novembre 2011, à Zouan-Hounienans dans le cadre de la réconciliation nationale. Une région de l’ouest montagneux est éprouvée par plus de dix ans de crise.

 

MmeOuattara_Anoumabo--2--1.jpg

 

Le président du Mouvement Dan pour la réconciliation, la paix et la réinsertion en Côte d’Ivoire (Mdr-Prci), Médi Y. Pierre a expliqué qu'un des 52 sous-quartiers de la commune de Yopougon a vécu « les plus durs moments des affrontements à Abidjan, à cause de sa position». C’est pourquoi il a, au nom de la communauté Dan et particulièrement celle de Danané, invité ses « frères », le ministre du Plan et du Développement, Albert Toijeusse Mabri et le général de Division, Michel Gueu, à venir les entretenir et partager avec eux quelques moments de leur quotidien, dans ce quartier précaire.

 

Le parrain de cette cérémonie, le coordonnateur de l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (Udpci) de Yopougon, Gba Chérif, a tenu à féliciter les organisateurs de cette manifestation pour la mise en place de « l’organisation interne qui réconcilie le peuple Dan avec lui-même ».

Il a également Invité les populations à se pardonner mutuellement. « C’est ceux qui vivent dans le même quartier qui ont les mêmes difficultés (…). C’est pourquoi, nous avons décidé de nous porter candidat à la députation pour porter cette souffrance du peuple à la face de la Nation et du monde».

Repost 0
Published by dominique-ouattara-premiere-dame-de-cote-d-ivoire
commenter cet article
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 11:34

2056695067Née Dominique Claudine Nouvian le 16 décembre 1953, Dominique Ouattara est arrivée en Côte d’Ivoire en 1975.

 

Veuve à 30 ans, elle se lance dans les affaires et prend, en 1979, la tête de l’Agence internationale de commercialisation immobilière (AICI), qui deviendra le groupe AICI International installé en Afrique, Europe et Etats-Unis. En plus de ses activités dans l’immobilier, Dominique Ouattara possède les licences Jacques Dessange aux Etats-Unis ainsi la marque Nostalgie Afrique.

 

En 1991, elle épouse, Alassane Dramane Ouattara, alors Premier ministre du président ivoirien Félix Houphouët-Boigny.

 

En 2000 Dominique Ouattara échappe de peu à un enlèvement puis, au premier jour de la rébellion de septembre 2002, leur résidence d’Abidjan fut incendiée, échappant à la mort de peu.

 

Pourtant rien de tout cela n’a jamais ébranlé la foi de Dominique Ouattara en l’avenir présidentiel de son mari confirmé en novembre 2010 par sa victoire au second tour de l’élection.

 

En 1998, après plusieurs années d’engagement humanitaire, Dominique Ouattara créé la Fondation Children of Africa, pour venir en aide aux démunis en Afrique.

 

« J’ai toujours été meurtrie de voir la pauvreté autour de moi. Alors j’ai cherché à aider les gens avec les moyens dont je disposais. Lorsque mon mari travaillait pour le FMI, je l’ai accompagné dans plusieurs de ses missions en Afrique et j’ai eu envie d’étendre ce que je faisais en Côte d’Ivoire à toute l’Afrique », explique Dominique Ouattara .

 

La Fondation Children of Africa, créée par Dominique Ouattara est active dans dix pays du continent africain.


Pour suivre l’actualité de Dominique Ouattara : http://dominique-ouattara-premiere-dame-de-cote-d-ivoire.ivoire-blog.com/

Repost 0
Published by dominique-ouattara-premiere-dame-de-cote-d-ivoire
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 18:20

La première Dame de la République de Côte d’Ivoire, Dominique Ouattara était, récemment, à Koumassi, dans le cadre du lancement officiel de la 6ème semaine nationale de la lutte contre le Sida. Le thème était le suivant « mobilisons-nous pour éliminer la transmission du Vih/Sida de la mère à l’enfant ».


lutte_sida.png

Mme Dominique Ouattara a expliqué sa présence: « Cela traduit mon engagement pour le bien-être de l’enfant. Nous devons tous nous mobiliser pour bouter hors ce fléau qu’est le Vih/Sida. Car les personnes qu’il ronge, les familles qu’il brise et les nations qu’il fragilise, ne peuvent pas nous laisser insensibles ».

Dominique Ouattara a estimé que l’on ne doit pas baisser la garde face à la persistance du mal. Avant d’inciter la population à se battre pour les enfants qui sont une source de bonheur et de fierté. « Agissons dès aujourd’hui pour une enfance sans Vih, une enfance épanouie, gage de la vitalité de notre nation et d’un développement durable» a-t-elle exhorté.

La première Dame, Dominique Ouattara effectue, à la faveur de cette célébration, une série de visites qui s’étendra sur plusieurs communes du District d’Abidjan.

Repost 0
Published by dominique-ouattara-premiere-dame-de-cote-d-ivoire
commenter cet article
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 17:56
Dominique Ouattara a rencontré, le vendredi 07 octobre 2011, au Radisson Blu hôtel de Bamako, les Ivoiriens vivant au Mali. Lors des échanges, la Première Dame a invité ses sœurs à mettre un terme à leur exil. Puis elle a offert 6 millions Fcfa à ses concitoyennes en présence de Madame Raymonde Goudou Coffie, Ministre de la Famille de la Femme et de l’Enfant et de SEM Samuel Ouattara, ambassadeur de Côte d’Ivoire au Mali.


Nous vous proposons l’intégralité de son discours :

" Je vous remercie de cet accueil magnifique et chaleureux. Je me sens bien avec vous chères sœurs. J’ai l’impression de venir vraiment en terre amie. Et je sais que vous aimez tous vraiment le président Alassane Ouattara à travers votre accueil, vos gestes et vos paroles. Mon époux Alassane Ouattara vous embrasse chaleureusement chères sœurs. Je l’ai eu tout à l’heure et il m’a dit de vous dire bien de choses. Je suis venue à l’invitation de ma sœur la Première Dame du Mali, Madame Lobbo Traoré Touré pour participer à la lutte pour la réduction du taux de la mortalité maternelle et néo-natale. C’est un sujet important. Il me tient à cœur parce que comme vous le savez, je me soucie particulièrement du bien-être des enfants et de leurs mamans. Vous savez, ce sujet était important parce que nous avons avec mes autres sœurs Premières Dames pu traiter de ce qui nous intéressent. C’est-à-dire de savoir pourquoi nos sœurs meurent à l’accouchement. Et nous avons vu qu’il y avait plusieurs raisons. Il y a des raisons médicales d’abord parce qu’il n y avait pas d’environnement médical propice qui leur permette parfois d’accoucher dans de meilleures conditions. Il y a des problèmes de moyens. Il y a également des problèmes d’éducation parce qu’on s’est rendu compte que lorsque les femmes sont moins éduquées, elles arrivent moins à comprendre la protection et la contraception. Ces insuffisances de formation peuvent être source de problèmes. Donc, les travaux étaient extrêmement intéressants. Et nous avons fait du très bon travail. Nous avons aussi émis des recommandations que vous verrez certainement dans la presse. Et je voulais vous dire que c’était une très bonne chose. Je voudrais dire aussi que pour le cas de la Côte d’Ivoire, vous savez que le Président Alassane Ouattara veut que l’accouchement des femmes soit gratuit. Donc, cette politique est en train d’être mise en place. Et également que les soins et les médicaments en Côte d’Ivoire soient gratuits. Et ça, ce sera une avancée formidable pour notre pays. Ce serait merveilleux si nous réussissons ce pari. Ce sera comme autrefois au temps du Président Félix Houphouët-Boigny où les soins et les médicaments étaient gratuits. Je voudrais vous féliciter chères sœurs pour votre dynamisme et votre courage. Vous êtes extraordinaires. Vous êtes venues pour la plupart pendant la crise parce que vous deviez subvenir aux besoins de vos familles et de vos foyers. Et vous vous battez tous les jours. Vous vous battez chacune dans son domaine. Et c’est extraordinaire. Je vous félicite. Je voulais vous dire comme l’a dit Madame la ministre de la Famille de la Femme et de l’Enfant, Raymonde Goudou Coffie que le moment est venu que vous rentriez au pays. Je sais que vous êtes bien accueillies au Mali. Vous êtes dans un pays ami. Un pays frère. Vous êtes ici comme en Côte d’Ivoire. Mais, nous avons vraiment besoin de vous chères sœurs. On voudrait que vous veniez ajouter votre pierre à l’édifice. Et que vous veniez nous aider. Je ne sais pas si vous avez vu, mais hier, (mercredi 05 octobre 2011, ndlr) nous avons fait le lancement d’un répertoire dédié aux compétences féminines. Qu’il s’agisse de la Côte d’Ivoire ou de la diaspora. Et à ce sujet, nous allons essayer de déceler les plus compétentes pour le travail qui sera offert. N’hésitez donc pas à vous faire connaître. Allez déposer vos dossiers à la Présidence car vous pourrez postuler pour les postes qui seront offerts. Au sujet des doléances que j’ai entendues, je voudrais vous rassurer que je les transmettrai fidèlement au Président de la République. Mais comme vous le savez, il viendra bientôt. Il viendra avant la fin du mois. Il pourra vous rencontrer. Mais sachez que vous avez une oreille attentive ici, puisque sa représentante au Gouvernement est là. Et croyez-moi, elle a bien entendu vos doléances. (…). Je voudrais vous remercier pour votre accueil. Je voudrais vous dire que je reviendrai. C’était mon premier voyage au Mali. Je peux vous dire que vu la façon dont j’ai été reçue par vous, mes amis Maliens et le Président ATT (Amadou Toumani Touré, ndlr) que par son épouse Touré Lobbo Traoré, je vais revenir chers frères et sœurs."

(Source : DIRCOM cabinet 1ère Dame)
Repost 0
Published by dominique-ouattara-premiere-dame-de-cote-d-ivoire
commenter cet article
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 18:53

Samedi, au Palais de la Culture de Treichville, l'ambiance était présente au rythme des musiques et des danses baoulées.

 

MmeOuattara_Reconciliation--12-.jpg

 

Dominique Ouattara s'est adressée aux femmes du Grand Centre lors de la cérémonie de réconciliation en langue baoulé « Mou agnin ooh ! », les a-t-elle salué. Par la suite, elle a continué s'attardant sur  l’importance qu’elle accorde à la situation de la femme dans son pays : « Lutter contre la féminisation de la pauvreté doit être le combat de toutes les femmes. C’est mon combat ». C'est d'ailleurs la raison pour laquelle Dominique Ouattara a encouragé  cette association des femmes : « Parce que vous vous êtes engagées à prendre un nouveau départ, fondé sur le pardon et la solidarité, vous êtes arrivées à mettre sur pied votre caisse d’épargne et de crédits qui vous permet de réaliser des activités génératrices de revenus et d’être plus autonomes. Je vous encourage vivement à persévérer car, c’est de cela dont je rêve pour toutes les femmes de notre beau pays », a-t-elle expliqué.

Dominique Ouattara a également salué la cohésion qui règne au sein du peuple du Grand Centre, qu'elle aimerait étendre à toute la Cote d'Ivoire. De ce fait, elle invita les « filles de feu Félix Houphouet-Boigny » à être les ambassadrices de la paix auprès de leurs prochains : « Allez aux quatre coins du pays partager votre expérience en matière de réconciliation avec nos sœurs. Dites-leur combien il est bon d’être en paix avec soi-même et avec les autres ».

Dominique Ouattara
émue leur a offert 15 millions Fcfa afin de les soutenir dans le financement de leurs activités, comme avec la construction de 1.400 logements à Abobo N’Dotré pour les veuves et les orphelins « Nous attendons de notre famille les moyens pour couvrir toute la Côte d’Ivoire ». En plus de ce don, 3 millions Fcfa seront versés à l'association de la part de l’Association des élus et des cadres du Grand Centre, présidée par le ministre de la Justice, garde des sceaux, Jeannot Ahoussou.

Repost 0
Published by dominique-ouattara-premiere-dame-de-cote-d-ivoire
commenter cet article
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 14:50

 Quand le travail des enfants va-t-il prendre enfin fin en Côte d'Ivoire ? Probablement bientôt grâce à l'implication nouvelle des pouvoirs publics dans la lutte contre le travail infantile dans la filière cacaotière.Dominique Ouattara, la Première Dame de Côte d'Ivoire entend en effet mettre un terme à l'inertie de l'État.

 

dominique ouattara

 

Le cacao est l'un des plus anciens piliers de l'économie ivoirienne, cependant, encore beaucoup trop d'enfants travaillent dans ces nombreuses plantations.

Jusqu'à présent, les pouvoirs publics semblaient privilégier le statut quo. Pour eux, le commerce fleurissant des fèves noires valait bien l'exploitation de centaines d'enfants...

Cependant, cette situation devrait à présent changer : Dominique Ouattara a choisi de nouer un partenariat entre sa fondation, Children of Africa, et le comité national de lutte contre le travail des enfants. Cette union place donc la lutte contre le travail infantile parmi les priorités de la fondation mais surtout elle permettra de se faire entendre par l'État pour entériner l'exploitation des enfants.

La Première Dame de Côte d'Ivoire, Dominique Ouattara a choisi de soutenir le Système de suivi du travail des enfants (SSTE) dans leurs efforts pour abolir le travail des enfants du secteur cacaotier.

« La Côte d’Ivoire est résolument engagée dans la certification du processus de production de son cacao. La phase actuelle de remédiation est la plus importante en ce sens qu’elle doit contribuer au développement socio-économique des zones de production cacaoyère. Il est primordial d’achever cette phase de remédiation afin de matérialiser l’engagement de notre pays à éliminer les formes de travail des enfants dans la cacaoculture », a expliqué Malick Tohé, secrétaire exécutif du SSTE- Certification.

Source

Repost 0
Published by dominique-ouattara-premiere-dame-de-cote-d-ivoire
commenter cet article